Tout Public

François Képès est un biologiste cellulaire. Ceci signifie qu’il tente de comprendre la structure et le fonctionnement de la cellule vivante, en l’occurence des bactéries ou levures. Pour y parvenir, il a selon les époques mis en oeuvre différentes méthodes, souvent en les combinant : microscopies, biochimie, biologie moléculaire, bioinformatique, biologie des systèmes, biologie de synthèse.

Ci-dessous se trouvent des pointeurs vers différents livres, articles, documentaires ou entretiens destinés à tout public, du plus récent au plus ancien.


Maison de la Chimie

« De la chimie de synthèse à la biologie de synthèse »  Exposé de François Képès (2018) dans le cadre de la Conférence « Chimie et biologie de synthèse : les applications ».


PCA-STREAM 04

« Manipuler le vivant ? »  Interview de François Képès, par Jasmine Leonardon et Alice Cabaret (2017).


Pourquoi Docteur ?

« Biologie de synthèse : les bactéries au service de l’Homme » Interview de François Képès et d’autres

« Bioterrorisme : pourquoi la biologie synthétique inquiète ? » Interview de François Képès et d’autres,  par Anne-Laure Lebrun (2017).


Institut des Systèmes Complexes Paris Île de France

Fête de la Science : « les Systèmes Complexes au Cinéma » Intervention de François Képès (2017)


Biotech Finances

« Genopole : précurseur de la biologie de synthèse » Interview de François Képès  (n° 754 pages 10-11),  par Viviane de Laveleye (30 janvier 2017).


France 5

« Biologie 2.0 » , un road-movie scientifique (Conseiller scientifique : François Képès).  La Compagnie des Taxi-Brousse (2016).

1 – Faire évoluer l’évolution (52 min)
2 – Les ingénieurs du vivant (52 min)
3 – Ce que la nature n’aurait jamais fait (52 min)


Université de Lyon – service Science et Société

« Fabriquer le Vivant, est-ce notre avenir ? »  Interview de Jean-Philippe Pierron, Jacques Testart, François Képès et Corinne Dorel  par Pauline Lachappelle et Sébastien Coupy (2014).


Les Échos

« Où en est la Biologie de Synthèse ? » par Yann Verdo.  Page « Science » du 21 janvier 2013, page 12.


Radio France International

« Quelle est la science des 30 prochaines années ? » Interview de François Képès par Jean-Yves Casgha
Émission RFI « Autour de la Question » (45 min total, en 2 parties) du 17 février 2012 à 11h.


Le Monde

« La Biologie de Synthèse, promesses et débats » par David Larousserie.      Supplément « Science » du 18 février 2012, page 2.


Industrie et Technologies

« Il faut démystifier la biologie de synthèse » Interview de François Képès par Ludovic Fery.  n° 941 du 16 février 2012, rubrique « Intelligences », page 72.


Petite Pomme

La biologie de synthèse plus forte que la nature ?  par François Képès  (Le Pommier)

BioFiction

Ami lecteur,
 Tu vas t'engager dans une histoire
 qui te semblera fantastique,
 et qui l'est encore bien plus que tu ne l'imagines:
 elle suit en effet une logique rigoureuse, en
 illustrant les notions majeures de l'évolution des espèces.
 Tu découvriras que la biologie
 est un vivier de métaphores étonnantes,
 qui forment ici la trame d'un nouvel objet littéraire
 appelé "biofiction".
 Cependant, ne crains pas de te laisser porter
 sans arrière-pensée par le plaisir de lire.
 Toutes les clés te seront données à la fin...
Dans le tourbillon de la Vie  par Sophie Képès & François Képès
(Le Pommier)

« Une double réussite, romanesque et pédagogique. »  (Le Dauphiné Libéré, février 2002)

« Une histoire qui retrace ainsi, chapitre après chapitre, l’apparition de deux espèces à partir d’une seule, puis leur coévolution, aussi bien que les mécanismes de la sélection naturelle. »  (Le Monde de l’éducation, avril 2002)

« À la croisée de la littérature et de la biologie, cela donne ce nouvel et agréable objet littéraire dénommé “biofiction”. »  (La Recherche, mai 2002).


Quels progrès pour les Biotechnologies ?

Texte paru dans le livre « Les dix ans du Pommier » (Le Pommier, diffusion Belin, 2009) page 155

L’histoire de la biotechnologie se confond avec celle de la maîtrise croissante de l’homme sur les êtres vivants qui l’entourent.

Il y a 5000 ans, quand le premier biotechnologue de la planète, Noë, fermente le jus de raisin pour en faire du vin, il ne fait qu’exploiter empiriquement l’action d’un microbe, la levure, dont il ignore l’existence. Plus tard l’homme sélectionne des levures pour faire le pain, la bière et le vin, en ignorant la génétique. Ensuite il systématise cette sélection en dirigeant les croisements entre souches de levure possédant des caractéristiques désirables, sans en connaître les mécanismes. Cependant au 20eme Siècle l’homme accroît notablement sa compréhension de la biologie et de la génétique. Il devient alors possible de pratiquer ces croisements à grande échelle en contrôlant le processus de fécondation. Récemment, la biologie moléculaire a ouvert la voie des altérations génétiques dirigées. Ses potentialités viennent d’augmenter grâce au couplage avec la modélisation mathématique dans ce qu’il est convenu d’appeler la biologie de synthèse. À l’aube du 21eme Siècle, nous commençons de concevoir rationnellement des microbes, et des petites machines inspirées par la biologie. Ces artefacts nous assisteront dans la remédiation environnementale, les bioénergies, les biomatériaux, la production à bas coût de produits diagnostiques et thérapeutiques. Une véritable étape est franchie vers l’application du principe de précaution, au sens où les propriétés du système, avant sa création, sont dessinées et vérifiées par modélisation et simulation.

Nous avons suivi la levure à différents stades de sa domestication, nous aurions aussi bien pu prendre en exemple le blé ou la vache. La biotechnologie implique microbes, plantes et animaux, asservis par l’Homme avec une efficacité et une compréhension croissantes.


Le décollage de la Biologie de Synthèse

Texte paru dans l’Audio Book des acteurs de la biotech, Buzz4bio (n°1, 2008).

Biologie de Synthèse : les faits

Biologie de Synthèse : les faits (François Képès, François Lefèvre, Ilarion Pavel).  Remis à jour en 2016.

Publicités